Guides pratiques

Les guides pratiques proposent un focus sur un sujet précis pour offrir une explication ciblée ou des conseils à visée pratique.
 

Le dernier guide pratique

GUIDE PRATIQUE DE MAI 2023 - Les bonus dans les jeux de hasard et d’argent : bénéfice ou pure perte ?

L’offre de jeux de hasard et d’argent se développent énormément, en particulier sur Internet, et on estime qu’entre 1 % et 5.8 % des joueurs sont susceptibles de développer une addiction qui peut entraîner de graves conséquences. Pour fidéliser les joueurs, les sites de jeux en ligne utilisent des techniques commerciales incitatives, dont les bonus font partie. Quel est leur principe ? À quoi servent-ils ? Quels sont les risques qui leur sont liés ? On vous explique tout.

Qu’est-ce qu’un bonus dans les jeux d’argent ?

Un bonus, dans les jeux d’argent et de hasard, est une offre promotionnelle incitative proposée par un opérateur de jeu et qui consiste à attribuer au joueur un certain montant d’argent sous réserve de certaines actions liées au jeu (par exemple, effectuer une mise particulière ou un dépôt d’argent sur le compte de jeu) et/ou sous une forme qui encourage le jeu (argent versé sous forme de crédits de jeux devant nécessairement être joués). Les bonus peuvent être destinés aux nouveaux joueurs comme aux habitués.

Un bonus peut revêtir de multiples formes. Il peut s’agir d’un bonus de bienvenue lors de l’inscription, d’un programme récompensant la fidélité, de bonus de rechargement du compte de jeu, de bonus sans dépôt, d’offres de parrainage, de bonus de paris remboursé, etc.

Quelle est la réalité d’un bonus de jeux en ligne ?

Il est rare qu’un joueur lise en détail le règlement correspondant à un bonus avant de décider d’en bénéficier. Chaque site de jeux en ligne a son propre règlement et chaque type de bonus dépend de conditions d’utilisation spécifiques.

C’est le cas par exemple des casinos en ligne (interdits en France) avec la mise en place des wager associés aux bonus. Le wager est le nombre de fois où le montant du bonus doit être misé par le joueur pour pouvoir être utilisé comme de l’argent réel. Prenons l’exemple d’un bonus de bienvenue : on vous offre 100% de votre dépôt de départ. Ainsi, si vous déposez une somme de 100 €, votre compte de jeu sera crédité de 100€ supplémentaires. Avec un wager x20, vous devrez miser 20 fois le bonus de 100 €, c’est-à-dire 2 000 €, pour pouvoir retirer les gains éventuellement générés par le bonus. Il faut savoir que la plupart du temps, sur les sites de casino en ligne, le wager est de x30.

Dans d’autres types de jeu, d’autres conditions d’utilisation des bonus s’appliquent. Par exemple, de nombreux sites proposent des bonus de bienvenue remboursant le premier pari si celui-ci est perdant. Le remboursement se fait généralement immédiatement dans une proportion du pari perdu (par exemple 30%), le reste étant récupérable uniquement si le compte de jeu est confirmé (envoi des pièces d’identité). Le point à retenir dans ce cas de figure est que les sites de jeu ne « remboursent » jamais ces montants sous forme d’argent réel, mais plutôt de « freebets » (paris gratuits), souvent à réaliser dans un temps donné, incitant alors le joueur à réaliser de nouveaux paris.

Quels sont les risques des bonus ?

Les offres liées aux bonus peuvent paraître très alléchantes pour les joueurs. Néanmoins, elles cachent souvent un mode de fonctionnement avec des contraintes d’utilisation qui encouragent à jouer plus, et les joueurs y réagissent différemment selon leur profil, leur âge et leur sexe. Bien que gratifiants à première vue, les bonus peuvent ainsi renforcer la pratique de jeu.

Une étude qualitative a mis en évidence que les bonus peuvent avoir un effet à la fois sur le parcours de jeu (multiplication des inscriptions sur plusieurs sites de jeu) et sur les pratiques de jeu en elles-mêmes (fréquence de jeu plus importante, mises plus élevées, pratiques de jeu plus diversifiées).

Si les joueurs ont tendance à minimiser l’impact des bonus sur leur pratique de jeu, et jugent souvent cet impact temporaire (le temps de l’utiliser), une étude en vie réelle, basée sur les données de jeu de l’ensemble des opérateurs français de jeu en ligne sur une période de 12 mois, a montré que l’utilisation de bonus entraînait bien une augmentation significative de la fréquence de jeu ainsi que des sommes d’argent misées, et que cet effet persistait dans le temps.

Le risque associé au bonus réside alors dans la répétition de ce processus, qui va encourager les joueurs à rejouer toujours plus (plus souvent, plus d’argent, plus diversifié), et favoriser la mise en place de mécanismes renforçateurs de la pratique de jeu (parfois inconscients). Une autre étude plus expérimentale a ainsi mis en évidence le fait que l’utilisation de bonus induisait une augmentation des attentes liées au jeu et de la perception de perte de contrôle.

Enfin, l’étude en vie réelle a également montré que l’utilisation de bonus multipliait par 3 le risque de comportement de jeu à risque chez des joueurs identifiés comme n’ayant pas de problèmes de jeu excessif ou pathologique, et par près de 5 chez les joueurs ayant potentiellement ce type de problèmes. Les bonus représentent donc un facteur de risque sérieux de développement ou d’accroissement des problèmes liés aux jeux de hasard et d’argent, et peuvent représenter un danger pour les joueurs les plus vulnérables, en les faisant par exemple revenir au jeu lorsqu’ils s’en sont momentanément éloigné.

En pratique, comment limiter ce risque ?

Ainsi, les offres de bonus sont conçues avec un objectif incitatif à l’instar de toute offre promotionnelle. Il faut toujours lire bien lire les conditions d’utilisation précises d’un bonus avant de choisir de l’utiliser, et prendre conscience de l’impact que cela pourra avoir sur ses pratiques futures.

Des mesures ont été proposées par l’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) par le biais de recommandations en deux volets :

  • l’amélioration de la transparence au sujet des offres commerciales comportant une gratification financière proposées sur les sites de jeux afin que les joueurs soient clairement informés sur les conditions requises ;
  • la modération des bonus afin d’exclure des campagnes promotionnelles comportant des offres commerciales avec gratification financière les personnes identifiées comme ayant potentiellement des problèmes de jeu excessif ou pathologique.

Enfin, si vous pensez perdre le contrôle sur votre pratique de jeu, n’oubliez pas que des mesures de protection existent pour vous protéger.

Les liens utiles

» Les lignes directrices et recommandations de l’ANJ

» Etude qualitative sur l’influence de la publicité et des gratifications financières sur les comportements de jeu (Étude Harris Interactive)

» Etude « en vie réelle » sur l’impact des bonus sur les comportements de jeu en ligne en France (parue dans la revue Addiction)​​​​​

» Etude expérimentale sur l’impact des bonus sur les comportements de jeu, les cognitions et les émotions de joueurs en ligne français (parue dans la revue Frontiers in Psychiatry)

» Les mesures de protection à mettre en place lorsqu'on perd le contrôle sur sa pratique de jeu 

Relire nos précédents guides pratiques

Janvier 2023 - Comment s’éloigner du jeu ? Les mesures de protection à mettre en place lorsqu’on perd le contrôle du jeu
L’accès aux jeux d’argent et de hasard est aujourd’hui facile avec l’existence de nombreux sites en ligne. La plupart des joueurs jouent pour le plaisir d’un moment divertissant et en parfaite maîtrise. Néanmoins, certains joueurs perdent le contrôle lorsqu’il s’agit d’argent. Avant de souffrir de jeu pathologique ou lorsque l’on se rend compte de son addiction, il est possible de mettre soi-même en place des mesures de protection pour se prémunir. Il existe une graduation dans les mesures de protection vis-à-vis du jeu excessif : les modérateurs de jeu, l’auto-exclusion d’un site de jeux, l’interdiction volontaire et la curatelle. Découvrez ici les mesures concrètes à mettre en place pour s’éloigner du jeu lorsqu’on risque de perdre le contrôle.

» Consulter le guide

Février 2023 - L’addiction sexuelle, on en parle !
Souvent tabou, l’addiction sexuelle touche pourtant entre 3 et 6 % de la population (aux États-Unis). La dépendance sexuelle a été décrite pour la première fois dans les années 1970, notamment par Patrick Carnes dans son ouvrage Out of Shadows : understanding sexual addiction. Elle est aujourd’hui considérée comme une véritable addiction comportementale, avec des propositions de prises en charge au sein de services spécialisés.

» Consulter le guide

Mars 2023 - Comment limiter l’impact des réseaux sociaux sur les préoccupations corporelles liées aux troubles du comportement alimentaire ?
Les réseaux sociaux sont de plus en plus intégrés dans notre quotidien, notamment auprès des plus jeunes. En France, près de la moitié de la population les utilisent en y consacrant au moins deux heures par jour. Instagram est particulièrement populaire auprès des jeunes et a même mis en place des procédés permettant d’embellir et de sublimer les images qui y sont publiées. Comment limiter l’impact sur l’image corporelle, notamment pour les personnes ayant des troubles du comportement alimentaire ? Nous faisons le point sur les solutions concrètes à mettre en place.

» Consulter le guide

Avril 2023 - Comment se protéger des risques liés aux pratiques potentiellement addictives ? Les bons réflexes
Chacun réagit à sa façon face aux événements et aux émotions. En effet, les réactions sont liées à de multiples facteurs : elles dépendent notamment de notre histoire, de nos ressources intérieures et des interactions entre les deux. Comment se protéger et éviter de trouver un refuge dans des pratiques addictives ? Ce dossier présente les bons réflexes à adopter de manière préventive.

» Consulter le guide