Actualités des addictions

Jouer (longtemps ou non) aux jeux vidéo n’a pas d’impact sur le bien-être révèle une étude
 

Une collecte de données sur le bien-être et les motivations de 38 935 joueurs âgés de plus de 18 ans ont été effectuées pendant six semaines. Les chercheurs ont collaboré avec des éditeurs de jeux qui ont recruté des joueurs par e-mail pour participer à cette étude de panel en trois vagues.

Sept éditeurs ont participé avec les jeux suivants : Animal Crossing : New Horizons, Apex Legends, Eve Online, Forza Horizon 4, Gran Turismo Sport, Outriders et The Crew 2. Les e-mails ciblaient les bases générales de joueurs anglophones de ces éditeurs en Australie, au Canada, en Inde, en Irlande, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les éditeurs ont invité les joueurs actifs du jeu sélectionné à participer. Le jeu actif était défini comme le fait d'avoir joué au jeu en question au cours des deux dernières semaines ou des deux derniers mois ; la variabilité de cet intervalle entre les éditeurs était due aux différences dans le nombre de joueurs jouant régulièrement à un jeu donné, afin qu'un échantillon adéquat puisse être invité.


Les chercheurs ont associé des données comportementales objectives à des auto-évaluations des états psychologiques.


Leurs résultats suggèrent que « le temps passé à jouer à des jeux vidéo a eu un impact limité, voire nul, sur le bien-être. De même, le bien-être n'avait que peu ou pas d'effet sur le temps passé à jouer ».


« En bien ou en mal, les effets moyens (des jeux vidéo) sur le bien-être des joueurs sont probablement très faibles, et d’autres données sont nécessaires pour déterminer les risques potentiels », soutiennent les chercheurs dont le travail a été publié dans la revue The Royal Society.
 

» Lire l’article de 20 minutes
 

» Lire l’article de Slate
 

» Lire l’article dans « Royal Society Open Science »
 

03/08/2022

Contextes, motivations et régulations du jeu vidéo chez les adolescents

Après la Matinale du 1er juin, l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives vient de publier cette deuxième « Note de résultats ».

C’est une étude qualitative menée auprès de 30 adolescents âgés de 11 ans à 15 ans au printemps 2021. Des entretiens semi-directifs ont permis de recueillir des récits d’expériences des jeunes sur leurs pratiques des jeux vidéo.

On trouve trois grandes parties dans le document : Supports et temps de jeu dans l’entrelacs des devoirs et des loisirs, Pour le plaisir et les amitiés : les motivations pour jouer, les régulations des pratiques
 

» Télécharger la note

29/07/2022

Le trouble du jeu vu à travers le prisme du double diagnostic : prévalence et facteurs associés
 

Le double diagnostic (DD) se définit comme la co-occurrence d'au moins un trouble psychiatrique et d'au moins un trouble addictif. La plupart des études sur le DD ont considéré les troubles liés à la consommation de substances. En 2018, le trouble du jeu (Gaming Disorder) a été reconnu comme un trouble formel et intégré dans la catégorie des troubles addictifs dans la 11ème version de la classification internationale des maladies. L’objectif de cette étude - qui s’est faite dans le cadre de la cohorte EVALuation of behavioral ADDictions (EVALADD), suivi prospectif de patients ayant une addiction comportementale CHU de Nantes – était d’inclure 92 patients atteints de GD et d’explorer les troubles psychiatriques, l'anxiété, les troubles de l'humeur et les troubles psychotiques.
Le trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité (TDAH), la personnalité, les motifs de jeu, les styles d'attachement ont été également mesurés…

Article de Malcolm Barrangou-Poueys-Darlas, Clémence Cabelguen, Vincent Garrouste, Juliette Leboucher, Bruno Rocher, Gaëlle Challet-Bouju, Marie Grall-Bronnec. Frontiers in psychiatry, juillet 2022

» Lire le résumé de l'article

MILDECA : refonte du site internet

Début juillet, la MILDECA a mis en ligne son nouveau portail. Le site se présente sous la forme de trois grandes rubriques : « Nous connaître », « Comprendre », « Ressources pour agir ».  Les ressources sont des outils pratico-pratiques créés par la MILDECA, ou d’autres partenaires. Ils peuvent servir d'inspiration pour construire de nouveaux outils ou être utilisés pour mener des projets particuliers au niveau local.

» Voir le nouveau site


28/07/2022

Addictions : pour une politique pragmatique qui protège la santé de la population

Après la réélection d’Emmanuel Macron pour un second mandat présidentiel, l’association « Addictions France » a mis en ligne sur son site Internet, un dossier de plaidoyer en faveur d’une politique de santé qui à la fois permettrait de faire mieux connaître les addictions auprès des professionnels des secteurs social, sanitaire et médicosocial mais également de proposer aux personnes en difficulté avec les addictions d’être mieux orientées et accompagnées.

Le document fait des propositions concrètes pour que les questions d’addictions soient mieux prises en compte dans le schéma sanitaire national.

» Lire l'article sur le site 
https://addictions-france.org/

28/07/2022

Participation de l'équipe de l'IFAC à l'ICBA                                             ICBA

Cette année signait la reprise de l’International Conference on Behavioral Addictions (ICBA) après 2 années d’interruption liées au COVID. La 7ème édition a ainsi eu lieu du 20 au 22 juin 2022 à Nottingham, au Royaume-Uni.
Pour l’occasion, une grande partie des chercheurs de l’IFAC étaient présents. Ils ont exposé les travaux et résultats sur les sujets suivants : 
  • les liens entre le Trouble de Déficit de l’Attention / Hyperactivité (TDAH) et l’addiction sexuelle par le Le Dr Benoit Schreck, psychiatre
  • les résultats d’une étude sur le traitement attentionnel des informations sociales chez les joueurs de poker par Elodie Hurel, doctorante en neuropsychologie
  • le modèle de dépistage des problèmes de jeu en ligne basé sur les données de comptes joueurs, issu de l’étude EDEIN par le Dr Bastien Perrot, biostatisticien - (Publication de l'étude à télécharger ici)
  • travaux sur le jeu en ligne, à la fois sur l’impact des bonus sur les comportements de jeu (résumé de la parution des résultats à télécharger ici) et sur l’impact de la pandémie de COVID sur les comportements de jeu en Suède par Marianne Balem, doctorante en biostatistiques 
  • résultats d’une étude évaluant la vulnérabilité au marketing chez les personnes présentant un trouble des achats compulsifs ( lire le résumé de l'article) par la Dr Gaëlle Challet, ingénieure de recherche
  • les différences entre femmes et hommes dans le jeu en ligne par La Pr Marie Grall-Bronnec, psychiatre dans une contribution à la table ronde dédiée aux nouveautés en matière de traitement et de recherche pour les femmes souffrant d’addictions comportementales
Toutes les informations sur le site : http://icba.mat.org.hu/2022/ 

This year marked the resumption of the International Conference on Behavioral Addictions (ICBA) after 2 years of interruption related to COVID. The 7th edition took place from June 20 to 22, 2022 in Nottingham, United Kingdom.

For this occasion, a large number of IFAC researchers were present.

  • Thus, Dr. Benoit Schreck, psychiatrist, presented his work on the links between Attention Deficit/Hyperactivity Disorder (ADHD) and sexual addiction.
  • Elodie Hurel, doctoral student in neuropsychology, presented the results of a study on the attentional processing of social information in poker players.
  • Dr. Bastien Perrot, biostatistician, presented the online gambling problem screening model based on player account data, from the EDEIN study.
  • Then Marianne Balem, doctoral student in biostatistics, presented her work on online gambling, both on the impact of wagering inducements on gambling behavior and on the impact of the COVID pandemic on gambling behaviors in Sweden.
  • Dr Gaëlle Challet, research associate, presented the results of a study exploring vulnerability to marketing in people with compulsive buying shopping disorder.
  • Finally, Prof. Marie Grall-Bronnec, psychiatrist, contributed to the round table dedicated to new developments in treatment and research for women suffering from behavioral addictions, where she presented the differences between women and men in online gaming.
All informations on : http://icba.mat.org.hu/2022/ 

Deuxième édition du baromètre des addictions Ipsos/Macif 2022 : addictions au substances, aux écrans…

L’étude a été réalisée en ligne du 14 au 21 avril 2022 auprès de 3500 personnes âgées de 16 à 30 ans, échantillon représentatif de la population française âgée de cette tranche d’âge (en termes de genre, d’âge, de CSP et de régions).
 

L’alcool reste la première substance consommée vient ensuite le tabac puis le cannabis. La consommation de ce dernier est stable avec un point à noter, la consommation chez les jeunes qui vivent en collocation est de 28% et a augmenté de 7 points.
 

La proportion de jeunes n’ayant jamais consommé de substances comme l’ecstasy, la MDMA, le GHB, le poppers, le protoxyde d’azote, le LSD, la cocaïne, le crack ou l’héroïne, diminue.
 

Un jeune sur dix déclare consommer ou avoir essayé l’héroïne, 6% en consomment même régulièrement. Certains profils sont sur-représentés. Les consommateurs réguliers sont davantage des hommes (9%), en agglomération parisienne (11%), de catégories professionnelles supérieures (11%).
 

Ce baromètre donne aussi les résultats de la « consommation » d’écrans. Un jeune sur deux déclare passer plus de 6 heures par jour devant les écrans. Ce chiffre est resté stable malgré le confinement. Les 16-24 ans sont plus nombreux à passer du temps devant les écrans et 48% des personnes en recherche d’emploi y passent 6 heures ou plus par jour contre 45% des jeunes encore en études ou vivant chez leurs parents.

» En savoir plus

Guide « Le Maire face aux conduites addictives » : parution de l’édition 2022

Deux ans après la parution du premier guide conçu pour permettre aux élus d’améliorer leur engagement dans le domaine de la santé, la sécurité et la tranquillité publiques sur leur territoire, cette nouvelle édition aborde de nouvelles problématiques comme l’usage détourné du protoxyde d’azote, le GHB/GBL, la MDMA, la cocaïne ainsi que  les jeux d’argent et de hasard.

Les élus y trouveront tout type de ressources et d’exemples d’actions ou de mesures à mettre en place sur leur territoire.

»
 Télécharger le guide

Proches d’usagers souffrant d’addictions : partagez l’enquête

Il n’existe pas de programmes structurés, évalués et validés destinés aux proches des personnes addictes. Afin de développer ce sujet, le docteur Romain Gomet en collaboration avec la Fédération Addiction, lance une enquête auprès des proches de personnes souffrant d’addiction(s).
L’enquête a trois objectifs majeurs :
  • recueillir les principales préoccupations des proches sur le trouble addictif ;
  • recenser les informations nécessaires à un meilleur soutien de la personne souffrant d’addiction(s) ;
  • évaluer le niveau d’information et de connaissance du proche.
Un lien est disponible sur le site de la Fédération Addiction pour répondre à cette enquête en ligne. 

» En savoir plus

20/05/2022
Conseils testés par les parents pour débrancher et jouer

L'association « Alerte Ecrans » a pour objectifs principaux de faire de l'information et de la prévention auprès des publics s'occupant d'enfants. Elle a traduit et mis en ligne dans la rubrique actualités de leur site Internet, des recommandations pour les parents de Campaign for a Commercial-Free Childhood (CCFC), coalition nationale américaine de professionnels de la santé, d’éducateurs, de groupes de défense, de parents et d’individus.

 » Lire le texte de ces recommandations  

12/05/2022

Le rapport d’activité 2021 de l’IFAC est en ligne

L’Institut fédératif des addictions comportementales a une mission triple : développer la recherche, former des professionnels et informer un public divers de professionnels, futurs professionnels et le grand public. Le rapport d’activité propose une synthèse des principales actions effectuées par l’IFAC sur ces trois missions en 2021.

 

La mission « Recherche »

 

En 2021, 17 recherches cliniques étaient en cours, dont 10 coordonnées par l’IFAC. Ces études portent sur des thématiques transversales aux différentes addictions comportementales. Ces travaux permettent d’apporter de nouvelles connaissances sur les vulnérabilités communes aux addictions, qui seront utiles pour développer de nouvelles pistes thérapeutiques. Le rapport d’activité 2021 met l’accent sur la cohorte historique EVALADD (cohorte incluant les patients débutant des soins pour une addiction comportementale ) et présente deux nouveaux projets : NABAb (essai clinique visant à tester l’efficacité d’un traitement médicamenteux pour réduire le craving dans les addictions comportementales) et DIAMONDs (étude translationnelle évaluant l’impact du microbiote intestinal dans la reprise de poids chez les patientes souffrant d’anorexie mentale).

Les résultats des études en cours ont donné lieu à la publication de 16 articles en 2021 (dont 4 dans le cadre de collaborations internationales), dont un résumé en français est fourni en fin de rapport d’activité

 

La mission « Formation »

 

L’année 2021 a signé la reprise de la conférence « Les Rencontres de l’IFAC », dont l’édition 2020 avait été annulée pour cause de pandémie. La conférence, qui a eu lieu le 25 novembre 2021, portait sur l’évaluation du risque suicidaire et la gestion de la crise suicidaire chez les joueurs d’argent pathologiques. Situation sanitaire oblige, la conférence s’est tenue dans un format mixte entre présentiel (à la CCI de Nantes) et distanciel (en streaming live sur YouTube), et a réuni près de 100 participants. La conférence s’est clôturée avec l’annonce de la thématique prévue en 2022 : le rapport du joueur avec la loi.

Par ailleurs, l’IFAC a poursuivi son activité de formation en 2021, auprès de professionnels de santé et de professionnels de l’industrie du jeu. Au total, ce sont près de 300 professionnels qui ont bénéficié d’une formation proposée par l’IFAC.

Enfin, dans le cadre de séminaires universitaires, 6 professionnels spécialisés dans les addictions sont intervenus au cours de l’année 2021, pour des interventions ciblées sur les addictions en général. Pour voir ou revoir le dernier séminaire, rendez-vous sur la page https://ifac-addictions.chu-nantes.fr/les-seminaires du site Internet de l’IFAC.

 

La mission « Information »

 

Le site Internet https://ifac-addictions.chu-nantes.fr/ et le compte Twitter https://twitter.com/IFAC_Addictions sont des canaux d’information qui permettent de mettre en valeur le travail de recherche mené à l’IFAC. A travers ces deux moyens de communication, l’IFAC propose une veille en temps réel de l’actualité sur les addictions comportementales à destination de tout type de professionnels ainsi que le grand public. Cette veille se traduit par la mise à disposition d’actualités, de résumés d’articles, de vidéos, podcasts…

Bonne lecture !

»Télécharger le rapport d'activité

04/04/2022

Les professionnels de santé sur l'addiction aux écrans peuvent répondre à un questionnaire

 

Un rapport du Ministère des solidarités et de la santé sur les problématiques en lien avec les jeux vidéo présente dans une première partie une revue de la littérature scientifique détaillée sur les addictions aux écrans avec des données sur les thérapies cognitivo-comportementales, les thérapies familiales, les approches médicamenteuses, la prévention primaire, secondaire et tertiaire.

D’autres parties du rapport détaille les outils de mesure, les facteurs de risque, les conséquences, les comorbidités, les interventions thérapeutiques et la prévention.

Afin de compléter ces données, les équipes du rapport souhaitent ajouter des données de terrain et interroger des professionnels en lien avec les publics concernés par les problématiques liées aux usages des écrans.

Il est demandé à ces professionnels volontaires de remplir un questionnaire d’une durée d’environ 5 minutes.

» En savoir plus – Accès au questionnaire

27/04/2022
 

L’obésité pourrait être favorisée par un mauvais dialogue entre notre cerveau et notre microbiote intestinal

Des scientifiques de l’Institut Pasteur, de l’Inserm et du CNRS ont découvert chez la souris que « des neurones de l’hypothalamus détectent directement les variations de l’activité bactérienne et adaptent l’appétit et la température corporelle en conséquence ».


Un dialogue direct entre microbiote intestinal et cerveau

 

Les résultats de cette découverte démontrent l’existence d’un « dialogue direct entre le microbiote intestinal et le cerveau ». En effet, ils ont trouvé que « des fragments bactériens agissent directement sur un centre nerveux, l’hypothalamus, connu pour gérer des fonctions vitales comme la température corporelle, la reproduction, la faim, ou la soif ».

Perte de contrôle de la prise alimentaire

 

Les chercheurs ont pu observer sur les souris que le récepteur Nod2 était exprimé par des neurones de différentes régions du cerveau, et en particulier par l’hypothalamus.

Quand le récepteur Nod2 est défaillant, les neurones ne sont plus réprimés par les muropeptides. Le cerveau perd alors le contrôle de la prise alimentaire et de la température corporelle. Les scientifiques ont observé après 6 mois que « les souris prennent du poids et sont plus susceptibles de développer un diabète de type 2, en particulier chez les femelles âgées ». Chez les humains, ceux qui sont touchés par ce phénomène voient leur satiété perturbée et ils ont toujours faim, ce qui favorise la prise de poids.

Avec cette découverte on peut envisager des nouvelles thérapies contre les maladies métaboliques comme le diabète et l’obésité.

 » Lire le communiqué de presse de l’Inserm

Les écrans et les jeux vidéo : quels dangers ? Interview de Bruno ROCHER, membre de l'IFAC

 

L’association CoReCRÉ (Collectif pour la réussite et la créativité dans la recherche pour l’éducation) a été créée pour faire avancer la recherche  sur le développement cognitif des enfants, et créer un pont entre la recherche fondamentale et l’application des résultats de celle-ci au sein de différentes institutions pédagogiques.

 

Elle a interviewé le Dr Bruno Rocher, psychiatre addictologue et membre de l’IFAC et posté une fiche de lecture du livre qu’il a coécrit avec le Dr Lucie Gailledrat, psychiatre : « Mon enfant est-il accro aux jeux videos ? » (2020). Bruno Rocher commence par faire un « portrait-type » de l’addict aux écrans qui est un « jeune homme (95%) qui a entre 23 et 24 ans, majoritairement au domicile parental sans autonomie de logement ni financière, célibataire (à 70%), présentant assez fréquement des comorbidités psychiatriques (troubles anxieux, dépressifs pour environ 1 patient sur 2) et utilisant l’ordinateur / les écrans / les jeux vidéo entre 8h et 15/20h par jour.

« L’addiction aux jeux vidéo, comme pour les autres addictions provoque une exclusion du monde social avec une pratique intense qui doit être préservée à tout prix dans la perception du joueur ».

 

Que dirait Bruno Rocher s’il s’adressait aux adultes et aux adolescents qui ont un usage problématique des écrans ? Son message principal serait « d’essayer de prendre le recul nécessaire pour garantir la diversité des centres d’intérêt et des engagements ». « Ce n’est pas parce que les jeux en ligne sont funs, compétitifs, engageants, stimulants qu’il faut leur laisser toute la place, surtout si la vie réelle est difficile. Il faut faire attention, car l’immersion dans le jeu peut devenir un vrai paradis artificiel dont il peut s’avérer difficile de sortir ».

» Lire l'interview sur le site http://www.association-corecre.com/

29/03/2022

L’étude PREVADO : nouvelle étude au CHU de Nantes pour les 14-17 ans

Le CHU de Nantes recherche des volontaires pour participer à l’étude clinique PREVADO évaluant l’impact d’un programme de prévention de la consommation excessive d'alcool chez des adolescents de 14 à 17 ans à risque de développer une consommation problématique.
 

Tous les adolescents volontaires, âgés de 14 à 17 ans, et ayant déjà expérimenté un verre d’alcool, dans leur vie, peuvent participer, avec l’accord de leurs parents. Un questionnaire d’une vingtaine de questions leur sera alors soumis, pour les aider à repérer leurs traits de personnalité : l'impulsivité, l’anxiété ou encore la recherche du risque pourraient être des facteurs de risque à l’addiction.



» Voir les modalités de participation

07/01/2022