Actualités des addictions

Quoi de neuf du côté de l'addictovigilance ? Premier séminaire d'addictologie (CHU de Nantes) de l'année 2022

Intervenante : Pr Caroline VICTORRI-VIGNEAU (CHU de Nantes)

  • Le vendredi 14 janvier 2022

L’étude PREVADO : nouvelle étude au CHU de Nantes pour les 14-17 ans

Le CHU de Nantes recherche des volontaires pour participer à l’étude clinique PREVADO évaluant l’impact d’un programme de prévention de la consommation excessive d'alcool chez des adolescents de 14 à 17 ans à risque de développer une consommation problématique.
 

Tous les adolescents volontaires, âgés de 14 à 17 ans, et ayant déjà expérimenté un verre d’alcool, dans leur vie, peuvent participer, avec l’accord de leurs parents. Un questionnaire d’une vingtaine de questions leur sera alors soumis, pour les aider à repérer leurs traits de personnalité : l'impulsivité, l’anxiété ou encore la recherche du risque pourraient être des facteurs de risque à l’addiction.



» Voir les modalités de participation

Lancement des appels à projets MILDECA 2022 pour la Loire-Atlantique

Les services de l’État se mobilisent pour lutter contre les addictions à travers l'appel à projets de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les conduites Addictives (MILDECA). Celle-ci vise  à soutenir des actions départementales, régionales ou interdépartementales pour lutter contre les addictions avec ou sans produit. La MILDECA peut financer un projet solide d'action contre la consommation de tabac, de stupéfiants, d'alcool ou toute autre addiction. 

 

» En savoir plus

 
31/12/2021

Une proposition de loi contre la surexposition des enfants aux écrans

Une centaine de députés de la majorité ont lancé une campagne numérique contre la surexposition des enfants aux écrans.
« Pour les générations qui viennent au monde ou sont éduquées avec cette omniprésence des écrans, c'est à nous qu'il revient de prendre les bonnes décisions pour protéger leur développement », estiment ces parlementaires dans une tribune publiée dans Le Monde.
L'objectif :
« développer une vraie politique de prévention, sensibiliser les parents, former les professionnels, réguler l'utilisation des écrans dans les lieux d'accueil des enfants ». Le texte devrait être déposé fin février à l'Assemblée nationale et ne devrait donc pas être examiné sous ce quinquennat.

» Lire l'article sur le site https://www.francetvinfo.fr/

10/12/2021

Jeu d’argent pathologique : Gérer la crise suicidaire


Le 25 novembre, l’IFAC a organisé à la CCI de Nantes la seconde édition des Rencontres de l’IFAC. Cette conférence gratuite, destinée aux professionnels des secteurs sanitaire et médico-social concernés par la prise en charge de joueurs d’argent pathologiques, visait à proposer une réflexion sur l'évaluation du risque suicidaire et la gestion de la crise suicidaire.

» Lire le compte-rendu des rencontres

Pour voir ou revoir

la vidéo des Rencontres de l’IFAC

Rendez-vous sur la chaîne Youtube du CHU de Nantes : https://youtu.be/2GB61G3i1C4



 

29/11/2021

Participer aux études eSMILE ou BANCO

L’IFAC recherche des volontaires pour deux études :



eSMILE : étude totalement en ligne concernant la manière dont les joueurs (de jeux vidéo ou de jeux de hasard et d'argent, ayant joué au moins une fois dans les 12 derniers mois) utilisent les informations sociales

BANCO : étude concernant des patients qui souffrent d'une addiction comportementale

Présentation des deux études dans la vidéo ci-dessous :

Revue de presse sur les addictions comportementales

Tous les 15 jours, la documentaliste de l'IFAC produit une revue de presse sur les addictions comportementales accessible sur le site https://www.addictaide.fr/ 

» Lire la revue de presse
Interview de Matthew Rockloff sur les concepts de « nudge » et « sludge » appliqués au jeu

 


Matthew Rockloff est M.S. en économie, Ph.D. en psychologie, directeur du laboratoire « Experimental Gambling Research Laboratory School of Health, Medical and Applied Sciences » à la CQUniversity de Sydney (Australie).
 



 
icone interviews
icone interviews

1- Vous avez récemment co-écrit avec le Dr Philip Newal une « lettre à l’éditeur » dans la revue « Addiction », à propos des deux concepts « nudge » et « sludge » utilisés par les chercheurs en sciences du comportement. Pouvez-vous expliquer ces deux concepts et nous dire comment ils peuvent être appliqués au jeu ?

La notion de « nudge » vient de la discipline des sciences économiques comportementales. Des petits renforcements ou suggestions indirectes peuvent permettre aux décideurs d’encourager les gens à faire des choix qui sont susceptibles d’être dans leurs intérêts, et qu'ils n’auraient pas fait eux-mêmes automatiquement autrement. Par exemple, aux Etats-Unis, les entreprises offrent souvent des plans de retraite à financement conjoint dans lesquels les versements mensuels des employés sont abondés par l’entreprise. Les jeunes salariés, quand on leur donne le choix, omettent souvent d’adhérer à ces plans car pour eux, la retraite semble encore loin. En guise de « nudge », l'entreprise peut proposer l'adhésion à ces plans de façon automatique, par défaut. Ainsi, un nouvel employé doit activement se retirer du plan s’il ne veut pas en bénéficier mais sinon, lui comme l’entreprise vont contribuer par défaut au plan de retraite. La plupart des jeunes employés vont alors adhérer au plan de retraite quand il est présenté comme une option par défaut, alors qu’ils ne le feraient pas s'ils devaient choisir eux-mêmes d’y participer. Un « sludge », décrit précédemment par Philip Newall comme un « dark nudge », est l’opposé d’un « nudge ». Au lieu d’offrir une incitation ou une suggestion qui améliore les choix des gens, le « sludge » incite les personnes à faire des choix qui profitent à une entreprise et désavantagent le consommateur. Les opérateurs de l’industrie du jeu utilisent souvent des techniques de « sludge » pour influencer les joueurs à maintenir un niveau de mises élevé et ainsi augmenter leurs profits au détriment du joueur … Lire la suite
 

icone interviews

Lire l'interview en anglais

icone interviews
Prévalence du trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et facteurs associés chez des patients présentant un trouble d'usage du jeu vidéo

Cette étude - menée par l'équipe de l'IFAC - a porté sur l'évaluation des symptômes du TDAH et des facteurs associés au TDAH chez les patients avec un trouble du jeu sur Internet. Quatre-vingt-dix sept patients ≥16 ans orientés au CHU de Nantes entre 2012 et 2020 y ont été inclus. Le diagnostic de GD était porté a posteriori à partir de la nouvelle définition de la CIM-11. Le TDAH était repéré au moyen de l'Adult-ADHD Self-Report Scale et de la Wender-Utah Rating Scale…


» Lire le résumé de l’étude

» Télécharger l’article

icone interviews
Les bonus modifient le comportement de jeu des joueurs en ligne, en particulier les comportements de jeu à risque et pour les joueurs à risque


Cette étude - menée par l'équipe de l'IFAC - visait à estimer si l'utilisation de bonus a un impact significatif sur les comportements de jeu des joueurs en ligne, et à décrire cette relation temporelle dans un environnement de jeu réel. Il s’agissait d’une étude observationnelle longitudinale, faisant partie de la deuxième phase du programme de recherche EDEIN (Etude de Dépistage des comportements Excessifs de jeu sur INternet). Elle s’appuyait sur les données de jeu (issues de comptes joueurs) transmises par l’Autorité de régulation des jeux en ligne - ARJEL (actuellement nommée Autorité nationale des jeux - ANJ) (pour les jeux de poker, paris hippiques et paris sportifs) et l’opérateur de loterie nationale française (loteries et jeux à gratter). L’étude a inclus 9306 joueurs ayant joué au poker, aux courses de chevaux ou aux paris sportifs en ligne, et 5682 joueurs ayant joué aux loteries et aux jeux de grattage en ligne, qui ont tous répondu à une enquête en ligne. L'enquête en ligne comprenait l'Indice Canadien du Jeu Excessif (ICJE) pour déterminer le statut des joueurs (à risque ou non). Les données de jeu étaient agrégées de façon hebdomadaire et comprenaient l'intensité du jeu (mises, dépôts), la fréquence de jeu (nombre de jours de jeu), deux indicateurs de comportements de jeu à risque (chasing et implication) et l'utilisation de bonus. L'utilisation de bonus était associée à une augmentation de l'intensité du jeu, de la fréquence du jeu, et des comportements de jeu à risque, la même semaine que leur utilisation (effets qui persistaient, bien que moins fortement, semaine suivante). Cet effet était plus marqué pour les comportements de jeu à risque et pour les joueurs à risque. Il semble ainsi que les bonus pourraient représenter un facteur de risque de développer ou d'exacerber des problèmes de jeu.

» Lire l'abstract

29/11/2021
icone interviews
Mon enfant est-il accro aux jeux vidéo ? Conseils de vie au quotidien : livre écrit par deux psychiatres nantais

Présenté en trois parties : comprendre, observer, agir, le livre va permettre aux parents, grâce à un  cheminement éclairant avec des étapes rassurantes, de « dédiabioliser » ce média. Après un rappel du conseil classique : un jeu pour chaque catégorie d’âge, le livre aborde la question délicate de la place des jeux dans la vie de famille. Quelques repères éducatifs simples sont proposés. Quant aux parents d’adolescents, ils trouveront aussi des raisons de ne pas trop s’inquiéter ; même si parfois, certains joueurs « basculent ». Là aussi, les auteurs ont pris soin d’expliquer de façon très pédagogique, dans quel cas, il va falloir aller au-delà de simples prescriptions parentales. Et si le diagnostic d’addiction est posé, la dernière partie du livre s’attache à montrer l’éventail des thérapies proposées entre consultations, groupe de parole pour l’entourage, thérapie familiale, voire hospitalisation… En fil rouge de cet ouvrage, un père de joueur livre son témoignage, partageant ses doutes avec les lecteurs.

» Commande possible sur le site de l'éditeur

icone interviews
Quel traitement du craving dans les addictions comportementales? Etude du CHU de Nantes

Les addictions comportementales (jeu d’argent pathologique, addiction à l’alimentation, addiction sexuelle) et les addictions aux substances psychoactives sont très semblables. Une des manifestations cliniques est le le craving (envie impérieuse, incontrôlable de s’engager dans la consommation ou le comportement). 

Les soins, en particulier la prise en charge grâce aux thérapies cognitivo-comportementales, s’ils fonctionnent bien sont parfois confrontés à des rechutes des patients puis à l’abandon du suivi psychothérapeutique.  

Pour l’instant aucun traitement pharmacologique n’est autorisé pour l’indication « Addictions comportementales » même si plusieurs médicaments ont été testés. Parmi ceux-ci, deux antagonistes des récepteurs opioïdes, la naltrexone (Revia®) et le nalméfène (Selincro®), semblent les plus prometteurs. 

La recherche NABAB conduite au CHU de Nantes va évaluer l’efficacité du nalmefène.

L’article publié sur le site https://www.santementale.fr présente cette future recherche

 

icone interviews
Le Sénat vote une taxe sur la publicité des jeux d’argent et de hasard

Les sénateurs ont adopté ce 9 novembre 2021 un amendement qui prévoit d'instaurer une contribution de 5 % assise sur le montant annuel des sommes destinées à l’émission et à la diffusion des messages publicitaires relatifs aux jeux d'argent et de hasard. Le produit sera affecté à la branche maladie de la Sécurité sociale.
 

» Voir le texte de l'amendement


10/11/2021