Stress et « binge eating » : une relation pas si directe

Publié le 30 avril 2021 Mis à jour le 30 avril 2021
Date(s)

le 30 avril 2021

L’hyperphagie boulimique est référencée dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5). Selon la Haute autorité de santé (HAS), elle « se caractérise par des épisodes récurrents de crises de boulimie, mais sans le recours aux comportements compensatoires inappropriés caractéristiques de la boulimie… ».
Des médecins britanniques ont mené une étude sur 85 femmes – 33 souffrant de boulimie, 22 d’anorexie et 30 « contrôles » – exposées à des situations de stress ou de relaxation. Toutes ont été soumises à des examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM) fonctionnelle cérébrale (IRMf), pour mesurer leur activité cérébrale. 
Les scientifiques ont observé que le « stress modifie bien l’activité cérébrale liée au contrôle de l’inhibition dans les deux groupes souffrant de troubles de l’alimentation ». Mais il n’explique pas pour autant ce comportement irrépressible présent dans l’hyperphagie alimentaire. Pour eux, le « syndrome est plus complexe qu’on ne le pensait ».


» En savoir plus
» Télécharger l'article (en anglais)