Le grand rendez-vous démocratique de la présidentielle aurait dû être l’occasion d’un débat sur les drogues

Publié le 28 avril 2022 Mis à jour le 28 avril 2022
Date(s)

le 28 avril 2022

Dans cette tribune parue dans « Le Monde », Bernard Basset, président d’Addictions France et Amine Benyamina, président de la Fédération française d’addictologie  regrettent que la question de la lutte contre les addictions n’ait pas été abordée durant la campagne présidentielle.

Pour ces deux acteurs du soin et de la prévention, les chiffres « parlent d’eux-mêmes » : 116 000 morts évitables par an dues au tabac et à l’alcool, 1,5 million de consommateurs réguliers de cannabis, 370 000 personnes en état d’addiction aux jeux en ligne… Et parmi ces consommateurs, il y a des jeunes, et en particulier ceux habitant les quartiers en difficulté.

Les auteurs de cette tribune dénoncent l’influence des alcooliers, les stratégies industrielles des cigarettiers, le marketing éhonté pour les paris sportifs en ligne qui a empêché la mise en place d’une vraie politique de prévention des addictions.

 » Voir la tribune