L'aripiprazole stimule le jeu problématique, affirment des chercheurs québécois

Publié le 17 mai 2021 Mis à jour le 17 mai 2021
Date(s)

le 17 mai 2021

Dans un article publié par l'Université Laval, Olivier Corbeil explique que l'aripiprazole médicament agirait sur la dopamine et la sérotonine intervenant dans le système de récompense et dans les comportements impulsifs et compulsifs.
Ce  médicament souvent prescrit à des jeunes en proie à un premier épisode de trouble psychotique augmente fortement le risque de développer des comportements de jeu problématique, estiment les chercheurs de l'Université Laval. Ils ont observé que parmi les 14 patients qui ont développé des comportements de jeu problématique après leur recrutement dans le programme, 12 prenaient de l'aripiprazole.
Olivier Corbeil signale que l'aripiprazole est très fréquemment prescrit parce qu'il est bien toléré et parce qu'il est administré par injection mensuelle. Ses effets sont durables et l'adhésion au traitement est meilleure. Il prévient toutefois que davantage d'études sont nécessaires pour bien identifier les patients les plus à risque de développer un effet indésirable et ainsi ne pas priver des jeunes d'une option pharmacologique très utile.

» En savoir plus