Des vidéos sur l’automutilation et les troubles alimentaires promues sur TikTok

Publié le 19 décembre 2022 Mis à jour le 29 décembre 2022
Date(s)

le 19 décembre 2022

Une équipe de recherche du Center for Countering Digital Hate (Centre pour lutter contre la haine en ligne) a créé des comptes TikTok pour des personnes fictives, d’âge adolescent, aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie. Les scientifiques qui gèrent les comptes ont ensuite apposé des mentions « J’aime » sur des vidéos sur l'automutilation et les troubles de l'alimentation (TCA) pour voir comment l'algorithme de TikTok réagirait.

Ils ont constaté que l’algorithme de TikTok fonctionnait parfaitement bien. Il leur a proposé – en plus des vidéos sur l’automutilation et les TCA - des vidéos sur la perte de poids avec en particulier, des photos de modèles de corps idéalisés, des images de lames de rasoir et des discussions sur le suicide. Lorsqu’ils ont créé des alertes sur l’expression « perdre du poids », les vidéos proposées avaient des contenus encore plus nuisibles.

 

TikTok a contesté les conclusions. Selon eux, les alertes des chercheurs avaient une connotation particulière qui n’a rien à voir avec celles d’internautes « lambda ». C’est pour cela qu’ils affirment que les résultats sont forcément faussés. TikTok est interdit aux internautes de moins de 13 ans et ses règles officielles freinent les vidéos qui encouragent les troubles de l'alimentation et le suicide.

Josh Golin, directeur général de Fairplay, un organisme sans but lucratif qui milite pour une protection accrue des enfants en ligne affirme que TikTok ne protège pas bien les jeunes internautes contre les contenus nuisibles et la collecte de données agressive. Et ce n’est pas la seule plateforme à le faire.


 

Même si TikTok affirme qu’ils ont mis en place des mesures de modération, ces mesures sont jugées insuffisantes par le Center for Countering Digital Hate. 

 

 » Lire l'article « Deadly by design »  du Center for Countering Digital Hate
 » Lire l'article paru dans le journal « Le devoir »